mercredi 4 janvier 2017

Le jour d'après MacBook

Le mois dernier, j'avais annoncé ma décision de remplacer mon Mac Book Pro par un laptop Linux. L'article avait suscité pas mal de réactions, ce qui me fait penser que je ne suis pas le seul à vouloir faire ça. Depuis, j'ai commandé et reçu un Dell Precision 5510.

Après avoir installé, configuré et testé ma nouvelle machine, je voulais raconter mes premières semaines. Si vous ne voulez pas lire la suite, je résume : ça s'est parfaitement bien passé. Mais en fait pas tout à fait.

Pourquoi un Precision 5510 ?

Je dois avouer que j'étais perdu face au large choix de laptops. Il y a pas mal de marques qui ont des catalogues indigestes et difficiles à comparer.

Ensuite, j'ai eu pas mal de bon retours de clients de Dell. Et surtout, ils proposent quelques laptops en Linux.

Donc Dell.

La gamme à la mode est celle des XPS. Fins, légers, puissants : ça colle bien pour remplacer un MBP. Malheureusement, seul le XPS 13, avec un écran 13" est proposé avec Linux, le XPS 15 n'est qu'en Windows. Pas grave, le Precision 5510 lui ressemble beaucoup à un prix similaire, et avec de bonnes possibilités de personnalisation.


Donc Precision 5510.


Coté personnalisation, j'ai choisi les caractéristiques suivantes : écran 15.6" en 1920x1080, processeur i7-6820HQ, 32 Go de mémoire, SSD m.2 512 Go. Pour un prix de 2800 €. OK, c'est cher. Presque autant qu'un Mac. C'est quand même mon outil de travail pour les 3 à 5 années qui viennent, et j'espère qu'il tiendra la route sur la durée.

La commande

Le site de Dell m'a bien énervé. Il a une ergonomie digne des années 2000.

Et coté délai, on passe de celui d'expédition (3 à 4 jours) avant la commande, à celui de livraison (2 semaines) une fois la commande passée.
Enfin, le suivi du colis du livreur était nul. Comme je risquais d'être absent à la date de livraison, je m'étais abonné au suivi pour pouvoir modifier la date de livraison finale. Problème, le suivi n'a que deux états : "Parti de Chine" et "Livré chez vous".

Bon, tout ça n'est pas grave, j'ai mon nouveau jouet.

L'installation

Le laptop est livré avec Ubuntu 14.04, avec des dépôts spécifiques à Dell, pour avoir les bons drivers. Au premier démarrage, il finalise l'installation.


Première erreur de ma part, j'ai sélectionné le français comme langue d'installation. Ça ne marche tout simplement pas, on a le choix entre plusieurs dizaines de langues, mais il faut choisir l'anglais.

Une fois l'obstacle de la langue franchi, l'installation se passe bien. Au bout de quelques minutes j'ai un laptop qui fonctionne parfaitement.

J'ai particulièrement testé les points suivants : Wi-Fi, Ethernet, Bluetooth, son (haut-parleurs, sortie Jack, micro), sortie vidéo HDMI, Webcam et mise en veille.

Les cris et les pleurs

Tout est OK jusqu'au premier update.

Un plantage en plein update, suivi de quelques tentatives pour le récupérer et le mener au bout... Le système fonctionne, mais le Wi-Fi est HS.


Visiblement, je ne suis pas le seul. En parcourant les forums, d'autres on eu des problèmes de wifi, et la solution la plus simple semble être un upgrade vers Ubuntu 16.04.

Bingo !, le Wi-Fi fonctionne à nouveau...
... mais pas les haut-parleur, ni la sortie jack, ni la webcam, ni le micro intégré.

Tout va bien...

Après quelques heures de tentatives infructueuses, je décide de repartir de zéro et de faire une réinitialisation usine.

C'était la bonne décision : réinstallation d'Ubuntu 14.04 puis mise à jour, tout va bien. Mais comme ce n'est pas parce que tout va bien qu'il ne faut rien changer, je fais l'upgrade vers Ubuntu 16.04.

Là aussi, tout va bien, mais je ne m'en rends pas compte tout de suite.

... ou presque

En Ubuntu 16.04, tout fonctionne sauf la Webcam et le micro intégré. En réalité, il y a surtout un problème avec les applications par défaut.

Webcam digitale
Pour la Webcam, un bug dans l'application Camera, utilisée par défaut, est la cause du dysfonctionnement. En installant une autre application, comme Cheese, ça fonctionne.

Et pour le micro, c'est à peut prêt la même chose, au lieu de l'application Sound, il faut utiliser PulseAudio Volume Control.

Donc, contrairement aux apparences, tout fonctionne.

Collection d'adaptateurs

Comme sur tout laptop moderne, il faut renouveler sa collection d'adaptateurs.

Pour le réseau, l'adaptateur USB-C / RJ-45 est fourni et fonctionne bien.

Pour la vidéo, il y a une prise HDMI. J'ai commandé aussi un adaptateur USB-C / VGA et ai pu tester un HDMI / VGA. Aucun problème, la sortie vidéo a marché au premier essai avec mon vidéo-projecteur.

Il me reste à espérer que ça marche aussi bien chez les clients qui n'auront pas de HDMI.

Pourvu que ça dure

Donc tout va bien, malgré quelques frayeurs. Je n'ai pas eu besoin de faire de grosse bidouille ou de recompiler le noyau.

Pour l'instant je suis satisfait de mon achat.


vendredi 9 décembre 2016

MacBook, c'est fini

Mac c’est has been

Moi aussi je voulais être à la mode, j’ai donc décider de remplacer mon Mac Book Pro par un laptop Linux. Par contre, je ne suis sûr d’avoir exactement les mêmes raisons que la vague actuelle.

Mac et liberté

D’abord, je dois préciser que je n’ai eu que deux MacBook Pro dans ma vie. Et que je n’ai jamais idéalisé cette machine. Elle est pratique et efficace pour mon boulot, point.
J’ai toujours été méfiant par rapport à Apple et à ses logiciels. Pour être plus précis, j’ai toujours refusé d’avoir des fichiers dans un format supporté uniquement sur MacOS. Par exemple, je n’ai donc jamais utilisé la suite bureautique d’Apple. J’ai toujours préféré utiliser LibreOffice, même s’il est de moins bonne qualité. Ma liberté est plus importante que ma productivité.

mardi 9 février 2016

Gérer les droits d'accès des administrateurs WildFly avec un annuaire LDAP

Dans mon billet précédent, j'ai montré comment stocker les données d'authentification des administrateurs WildFly dans un annuaire LDAP. La solution n'était pas complète car on ne gérais pas les autorisations.

Pour ça, il faut activer le mode RBAC et affecter les rôles d'administration aux utilisateurs enregistrés. Pour le billet, on se contentera de deux rôles : celui d'Administrator qui a un accès en écriture à toutes les informations et celui de Monitor qui n'a accès qu'en lecture et qui ne peut pas voir les informations sensibles. On commence par les rôles et on activera le RBAC quand tout sera en place.

lundi 1 février 2016

Utiliser un annuaire LDAP pour l'authentification des administrateurs WildFly

En 2013, j'avais écrit un billet sur l'authentification WildFly avec OpenDJ. Ça concernait exclusivement l'authentification et les autorisations pour les applications déployées, avec la mise en place d'un security-domain, dans le subsystem security. Dans cet article, je vais mettre en place l'authentification LDAP pour les outils de gestion (console d'administration, jboss-cli,...).

Comme la dernière fois, j'utilise OpenDJ en version 3.0, et j'ai repris le LDIF en changeant les groupes, pour leur donner des noms plus orientés administration (admin et monitor). Ceci dit, on verra que dans un premier temps, ces groupes sont inutiles...